DBS candidat au rachat des activités de la Société Générale en Asie

DBS Group Holdings Ltd est l’une des banques qui est sortie du bois pour se porter acquéreur des activités de gestion de patrimoine de la Société Générale en Asie, d’après 3 personnes impliquées dans le dossier.

La Société Générale aurait sélectionné 5 prétendants, suite à une offre préliminaire, en leur permettant d’examiner les comptes de ses divisions, toujours d’après ces sources anonymes. Les 5 candidats acquéreurs devraient déposer une offre ferme d’ici la fin novembre, pour ses filiales qui gèrent un patrimoine d’environ 13 milliards de dollars.

DBS pourrait supplanter Deutsche Bank AG et Morgan Stanley dans la gestion de patrimoine de la zone Asie-Pacifique en rachetant les activités de Société Générale. Si le secteur de la gestion de patrimoine connaît une belle croissance en Asie, les coûts sont plus élevés que la moyenne, d’après des études. Les porte-parole de DBS et de Société Générale ont refusé de faire tout commentaire. HSBC, Standard Chartered et Crédit Suisse ont également déposé une offre pour Société Générale Asie, d’après Reuters.

DBS gère la 9e banque de gestion de patrimoine en Asie. Fin 2012, elle supervisait la gestion de 46 milliards de dollars. Alors que la pression sur les marges est de plus en plus importante dans la gestion de patrimoine, le secteur devrait être témoin de nombreux mouvements de consolidation et de concentration.

Danone investit en Chine alors que les consommateurs exigent la sécurité alimentaire

Danone, le producteur de produits alimentaires célèbres comme le yaourt Activia et l’eau Évian, va investir environ 325 millions d’euros pour se lancer dans une joint-venture avec le plus gros producteur chinois de produits laitiers.

Avec cet investissement, Danone va prendre des participations indirectes à concurrence d’environ 4 % de China Mengniu Dairy Co., avec l’objectif d’augmenter ce pourcentage dans le futur, d’après le communiqué diffusé par la société. Elle va également produire en collaboration avec son partenaire chinois des yaourts. Suite à l’annonce de ce partenariat, le cours de l’action Mengniu a connu sa plus belle progression depuis 4 ans.

Grâce à ce partenariat, Danone va pouvoir développer les ventes de ces yaourts en Chine, sur un marché qui devrait augmenter de 50 % d’ici 2015, soit représenter un peu moins de 12 milliards de dollars. Pour Mengniu, l’annonce de ce partenariat avec une société occidentale a été bien accueillie, alors que la Chine est secouée par de nombreux scandales alimentaires : viande de rat vendue en tant qu’agneau, volaille aux antibiotiques ou encore alcool frelaté. Désormais, les consommateurs sont très méfiants et à la recherche de produits sûrs.

Danone va pouvoir bénéficier des canaux de distribution de son partenaire chinois, qui représente 16,8 % du marché du yaourt dans l’empire du Milieu.

Crise en Argentine : les prix dans les supermarchés sont gelés pour 2 mois

Avec l’Islande, l’Argentine est le cas de défaut souverain le plus récent. Cependant, les problèmes ne sont pas finis dans le pays du tango : dans une tentative désespérée de mettre un terme à l’hyperinflation qui frappe le pays, le gouvernement de Cristina Kirchner a ordonné un gel des prix de 2 mois dans les supermarchés.

Ce gel des prix s’applique à tous les grands supermarchés d’Argentine, comme les Walmart, Carrefour, Coto, Jumbo, Disco et autres. Ces sociétés, qui pèsent pour 70 % du marché, ont signé un accord avec le secrétaire du commerce Guillermo Moreno. Celui-ci a exhorté les Argentins à conserver leurs tickets de caisse afin de s’assurer que les prix ne bougent pas. Une ligne téléphonique spéciale a été mise en place le gouvernement argentin pour que les consommateurs puissent signaler des entorses au règlement.

On risque donc d’assister à une ruée sur les supermarchés dans les 2 prochains mois ; les photos de rayons vides risquent de faire leur retour. Ce gel des prix pourrait également mettre de nombreux petits propriétaires de magasins en faillite, alors que leur marge bénéficiaire va se réduire comme peau de chagrin.

Crédit Suisse : « Les risques d’un défaut désordonné de la Grèce après le 20 mars ont augmenté »

Alors que la plupart des experts, des politiques et des banques continuent de faire preuve d’un optimisme qui frise l’inconscience concernant la situation désespérée de la Grèce, les équipes d’analystes du Crédit Suisse adoptent une tout autre posture, qui semble bien plus proche de la réalité.

William Porter n’y va pas par 4 chemins : « nous avons l’impression que la probabilité d’un défaut de paiement le plus important de l’histoire, se produisant de façon désordonnée, a augmenté fortement par rapport à la probabilité d’un défaut organisé (…). Les événements qui se passent en ce moment ne sont pas cruciaux selon nous, mais sont, bien sûr, fascinant à suivre. »

Fascinant dans le sens que ces problèmes ne semblent pas avoir de solution. Voici ce que dit d’autre le Crédit Suisse à propos du dossier grec :

« Nous sommes prudents lorsqu’on nous dit qu’il ne reste plus beaucoup de temps. La Grèce est un pays souverain, en raison de sa loi, elle a le droit de choisir son calendrier de remboursement. Les choses pourraient être différentes si la Grèce avait la même loi que l’Angleterre. (…) Nous sommes très prudents quant à la restructuration à long terme de la dette grecque, même si la banque centrale européenne pourrait décider de laisser la Grèce faire défaut. »

GESTION DE PATRIMOINE CREDIT SUISSE

Alors que la plupart des experts, des politiques et des banques continuent de faire preuve d’un optimisme qui frise l’inconscience concernant la situation désespérée de la Grèce, les équipes d’analystes du Crédit Suisse adoptent une tout autre posture, qui semble bien plus proche de la réalité.

William Porter n’y va pas par 4 chemins : « nous avons l’impression que la probabilité d’un défaut de paiement le plus important de l’histoire, se produisant de façon désordonnée, a augmenté fortement par rapport à la probabilité d’un défaut organisé (…). Les événements qui se passent en ce moment ne sont pas cruciaux selon nous, mais sont, bien sûr, fascinant à suivre. »

Fascinant dans le sens que ces problèmes ne semblent pas avoir de solution. Voici ce que dit d’autre le Crédit Suisse à propos du dossier grec :

« Nous sommes prudents lorsqu’on nous dit qu’il ne reste plus beaucoup de temps. La Grèce est un pays souverain, en raison de sa loi, elle a le droit de choisir son calendrier de remboursement. Les choses pourraient être différentes si la Grèce avait la même loi que l’Angleterre. (…) Nous sommes très prudents quant à la restructuration à long terme de la dette grecque, même si la banque centrale européenne pourrait décider de laisser la Grèce faire défaut. »

Recherches des internautes pour trouver cet article :

  • crédit suisse
  • GESTION DE PATRIMOINE CREDIT SUISSE

Crédit d’impôt en faveur de l’aide aux personnes : prorogation jusqu’en 2014

Les dépenses d’équipement de l’habitation principale en faveur de l’aide aux personnes permettent, sous certaines conditions, de bénéficier d’un crédit d’impôt, au taux de 25 % s’agissant de l’installation ou du remplacement d’équipements spécialement conçus pour les personnes âgées ou handicapées, au taux de 30 % s’agissant de travaux prescrits dans le cadre de plans de prévention des risques technologiques (PPRT), au taux de 15 % s’agissant de l’acquisition d’ascenseurs électriques dans un immeuble collectif. L’administration fiscale rappelle dans une récente instruction (5B-7-12) que la loi de finances pour 2012 aménage le dispositif sur 2 points. D’une part, elle proroge de 3 ans la période d’application du crédit d’impôt, soit jusqu’au 31 décembre 2014, pour l’ensemble du dispositif, à l’exception des dépenses d’installation d’ascenseurs électriques qui ne sont donc plus éligibles à l’avantage fiscal à compter du 1er janvier 2012. D’autre part, concernant les travaux prescrits dans le cadre d’un PPRT, le plafond des dépenses éligibles au crédit d’impôt est majoré de 5 000 € pour une personne et de 10 000 € pour un couple soumis à imposition commune.

Crédit d’impôt en faveur de l’aide aux personne : modalités pour 2011 et 2012

Les dépenses d’équipements de l’habitation principale en faveur de l’aide au personnes, notamment les plus fragiles, ouvrent droit à un crédit d’impôt depuis 2005. Ce crédit d’impôt concerne les dépenses d’installation ou de remplacement d’équipements spécialement conçus pour les personnes âgées ou handicapées, les dépenses correspondant à la réalisation de travaux prescrits dans le cadre de plans de prévention des risques technologiques, et aux dépenses d’acquisition d’ascenseurs électriques dans un immeuble collectif achevé depuis plus de 2 ans. L’administration vient de rappeler dans une récente instruction (5B-16-11) que le dispositif a été prorogé jusqu’au 31 décembre 2011, les dépenses effectuées cette année sont donc encore éligibles. En outre, le taux du crédit d’impôt appliqué au montant des dépenses pour travaux prescrits dans le cadre d’un plan de prévention des risques technologiques a été relevé à 30 %, ce crédit d’impôt ayant été corrélativement étendu au bénéfice des propriétaires-bailleurs. Pour mémoire, la loi de finances pour 2012 proroge le dispositif jusqu’au 31 décembre 2014, à l’exception du crédit d’impôt pour les dépenses d’acquisition d’ascenseurs électriques.

Excellent début d’année pour LVMH

LVMH Moet Hennessy Louis Vuitton SA (MC), le plus grand fabricant mondial de produits de luxe, a publié des chiffres de ventes au premier trimestre supérieurs aux estimations des analystes, alors que la demande pour ses produits ne cesse de progresser, malgré la situation économique bancale de l’Europe.

Le chiffre d’affaires de LVMH a progressé de 25 % pour atteindre 6,58 milliards d’euros, d’après le communiqué envoyé par e-mail de la firme basée à Paris. Sur un panel de 11 experts interrogés par Bloomberg, un chiffre d’affaires d’une moyenne de 6,39 milliards d’euros avait été anticipé. LVMH a connu une progression de ses ventes de 14 %.

Malgré le ralentissement économique chinois et la crise de la dette européenne, la demande pour les produits du groupe de luxe ne cesse d’augmenter. On estime que les ventes de produits de luxe pourraient augmenter de 10 % en 2012, ce qui reste la moitié du chiffre de l’année dernière.

LVMH poursuit sur son élan, notamment avec une énorme croissance en Asie et aux États-Unis, tandis que les progrès sont excellents en Europe vu le climat économique. Voici de bonnes nouvelles qui devraient booster le cours de l’action LVMH.

Excellent début d’année pour LVMH

LVMH Moet Hennessy Louis Vuitton SA (MC), le plus grand fabricant mondial de produits de luxe, a publié des chiffres de ventes au premier trimestre supérieurs aux estimations des analystes, alors que la demande pour ses produits ne cesse de progresser, malgré la situation économique bancale de l’Europe.

Le chiffre d’affaires de LVMH a progressé de 25 % pour atteindre 6,58 milliards d’euros, d’après le communiqué envoyé par e-mail de la firme basée à Paris. Sur un panel de 11 experts interrogés par Bloomberg, un chiffre d’affaires d’une moyenne de 6,39 milliards d’euros avait été anticipé. LVMH a connu une progression de ses ventes de 14 %.

Malgré le ralentissement économique chinois et la crise de la dette européenne, la demande pour les produits du groupe de luxe ne cesse d’augmenter. On estime que les ventes de produits de luxe pourraient augmenter de 10 % en 2012, ce qui reste la moitié du chiffre de l’année dernière.

LVMH poursuit sur son élan, notamment avec une énorme croissance en Asie et aux États-Unis, tandis que les progrès sont excellents en Europe vu le climat économique. Voici de bonnes nouvelles qui devraient booster le cours de l’action LVMH.

Recherches des internautes pour trouver cet article :

  • lvmh
  • photo lvmh
  • lvmh pub
  • PRODUIT LVMH
  • louis vuitton moët hennessy

Évolution de la gestion collective au 1er trimestre 2012

L’agence EuroPerformance annonce une progression du niveau des encours d’OPCVM de 6 % par rapport au trimestre précédent, portant ainsi le niveau des actifs sous gestion à 770,6 milliards d’euros, après 5 trimestres consécutifs de repli. Sur un an glissant, le recul des actifs gérés en fonds de droit français se réduit, atteignant désormais près de -7 %. Cette embellie s’explique par un retour significatif des investisseurs sur les actifs de court terme, par les injections de liquidité par la BCE et par l’accord sur l’échange de dette grecque qui ont entretenu la hausse des marchés au cours de ce trimestre.